Parcourir…

Img_site

Oscillations est une revue de sciences humaines et d’art, un lieu de rencontre entre textes
et images, tissant eux-mêmes, selon des modalités chaque fois singulières, les liens qui les unissent.

Capture_d_e_cran_2011-11-16_a__21

La revue de sciences humaines Tracés, éditée par ENS Éditions,
réunit deux fois par an des auteurs issus de diverses disciplines autour
d’un thème ou d’un problème commun traversant les sciences humaines.

Abonnez-vous au flux RSS des nouveautés Flux RSS

  • Ajouter à NetVibes
  • Ajouter à Yahoo
  • Ajouter à Windows Live

Valences de l’avant-garde

Essai sur l’avant-garde, l'art contemporain et l'institution

 

Valences de l’avant-garde De Olivier QUINTYN - Questions Théoriques

Agrandir l'image…

De Olivier QUINTYN

 

Questions Théoriques - Collection : Saggio Casino piccolo - octobre 2015

    • Livre papier

      9,00 €
     

    Présentation

    Conçu à l’origine comme une postface à la traduction française de la Théorie de l’avant-garde de Peter Bürger, ce livre propose de reconstruire le concept d’avant-garde artistique, en l’inscrivant dans une théorie critique de l’art contemporain et de ses institutions, intégrées au capitalisme néolibéral. Pour cela, il interroge les valences du concept d’avant-garde, c’est-à-dire ses connexions possibles à d’autres éléments, en examinant la manière dont ce concept s’articule à des ressources émancipatrices actuelles, au-delà des formes historiques qui ont été les siennes (futurisme, dadaïsme, constructivisme) comme des « néo-avant-gardes » de la deuxième moitié du xxe siècle (pop art, minimalisme, art conceptuel).

    Si le projet de dépassement de l’art dans la vie qui fut celui de l’avant-garde ne peut être transposé tel quel dans notre culture globalisée, il peut cependant servir d’analyseur de la situation politique de l’art. Utilisant à la fois les instruments de la critique de l’idéologie marxiste (Herbert Marcuse, Theodor Adorno), ceux de l’analyse institutionnelle de René Lourau, et ceux du pragmatisme esthétique (John Dewey, Nelson Goodman), Olivier Quintyn évalue la réussite et les échecs des pratiques artistiques qui visent à critiquer l’« institution Art » (Art & Language, Michael Asher, Tania Bruguera). Il en tire des conséquences sur le plan philo-sophique, en procédant à une analyse approfondie des définitions institution-nelles de l’art d’Arthur Danto et de George Dickie, et de leur caractère paradoxalement conservateur.

    À l’opposé d’un certain paradigme post-conceptuel spectaculaire de l’art contemporain, incarné dans les biennales, les foires et les expositions blockbusters (Pierre Huyghe, Anish Kapoor), ces Valences de l’avant-garde esquissent un modèle de critique ou d’analyse transinstitutionnelle où l’art sort délibérément de sa nature instituée pour devenir un laboratoire de formes de critique sociale réinstituante.

     

    Sommaire

    I. Quelle avant-garde ?

    À partir de la Théorie de l’avant-garde de Peter Bürger 9

     

    II. Après l’avant-garde

    De la critique institutionnelle

    à l’analyse transinstitutionnelle  59

     

    III. Que faire

    des théories institutionnelles de l’art ? 121

     

    Index des noms  157

    Références bibliographiques  163

     

    Supports disponibles

    • Livre papier

      format 107 x 178, 168 pages, Noir & blancEn stock

    Presse

    • Www

      Nonfiction, le quotidien des livres et des idées · 16/02/2016, 16/02/2016
      « L'idée d'avant-garde est-elle encore valable ? » par Christian Ruby

      « Retrouve-t-on dans l’art contemporain le projet des avant-gardes de dépasser la séparation entre l’art et la vie ? »

    • Pdf

      Le Journal des Arts · n° 449 · 22/01/2016, 22/01/2016
      « Pour une avant-garde affirmative » par Christophe Domino

      « Face au retour à l’ordre qui s’amorce, il est urgent, à la suite d’Olivier Quintyn dans son récent essai, de défendre un art exigeant qui n’en aurait pas pour autant renoncé à son rapport à la vie et au social… »

    • Pdf

      La Nouvelle Quinzaine littéraire, n° 1143, 16/01/2016
      « Splendeur et misère des avant-gardes », par Nicolas Poirier

      « Dans son dernier livre, le théoricien et praticien de l’art Olivier Quintyn cherche à repenser le phénomène des avant-gardes au prisme des institutions qui régissent le fonctionnement de l’art contemporain dans un cadre intellectuel structuré autour de la philosophie pragmatiste. L’intérêt d’une telle conception est de réinsérer l'expérience esthétique à proprement parler, en tant que saisie contemplative des œuvres, dans l'expérience plus large éprouvée par l'homme au contact du monde. »

    • Pdf

      Beaux-Arts Magazine n°379 · janvier 2016, 01/01/2016
      « Qu'est-ce que l'avant-garde ? » par François Cusset

      « Voilà un concept qui échappe à toute tentative de définition. C'est pourtant le défi que s'est lancé, en 1974, le théoricien allemand Peter Bürger, dans un essai majeur que prolonge et réactualise le critique d'art Olivier Quintyn. »

    • Pdf

      Art Press n°429 · janvier 2016, 01/01/2016
      « Olivier Quintyn · Valences de l'avant-garde » par Éric Loret

      « Peut-on encore faire servir le concept d'“avant-garde” ? Sans doute, si l'on se rappelle que les buts historiquement poursuivis par celle-ci étaient extérieurs à l'esthétique… »

     
    • Caractéristiques

    Compléments

    Référencer ce produit sur votre site

    → Copier en mémoire :